La France fait face à une terrible hausse du prix de l’énergie affectant le pouvoir d’achat des consommateurs et soulignant une dépendance à l’importation des énergies fossiles. Comment expliquer ce phénomène? Et quelles répercussions pour la transition énergétique?

Flambée du prix de l’énergie : L’urgence de la transition énergétique

 C’est une première et, pourtant, avec comme un goût de déjà vu : une hausse inédite des prix de l’énergie affecte fortement le pouvoir d’achat des ménages et souligne la dépendance à l’importation des énergies fossiles en Europe. Comment en sommes-nous arrivés là ? Et que faire pour s’en affranchir à échelle individuelle?

Des prix qui s’envolent

On en entend parler partout : aux annonces du JT, pendant les discussions familiales du repas du dimanche… Oui, le prix de l’énergie monte, et l’inquiétude des Français avec. Les chiffres sont troublants, la flambée sans équivoque : la hausse a d’abord affecté le marché du gaz avec une hausse de 479% en un an sur le cours européen. Puis par effet boule de neige a entraîné une hausse du prix de l’électricité de 344% en 2021 – les prix du gaz et de l’électricité étant intimement liés par les règles du marché unique de l’énergie. Conséquences ? Les Français risquent de voir leurs factures exploser cet hiver et doivent se préparer à endurer ce nouveau choc énergétique… impactant inéluctablement notre pouvoir d’achat.

Comment expliquer des chiffres aussi astronomiques ?

La réponse est bien sûr complexe, multifactorielle, mouvante. Nous pourrions citer trois raisons principales à cette hausse des prix : la première est la forte reprise de l’activité économique post-Covid, et donc de la demande à l’échelle mondiale. Il faut également prendre en compte l’hiver long et froid de 2020/2021 qui a poussé les pays d’Europe à puiser dans leurs réserves. Et enfin, il faut savoir que la Russie, premier fournisseur d’énergie en Europe, fait face à une forte baisse de ses stocks. Et qui dit moins de stock, dit hausse des prix pour combler le manque. Et c’est à nous de payer l’addition, en Europe.

Bien que le gouvernement caractérise cette crise énergétique de « temporaire », cette situation souligne une problématique plus profonde : celle de la dépendance énergétique.

Quelles répercussions pour nous ?

Ce choc énergétique marque une prise de conscience sur la réalité de la dépendance aux énergies fossiles. Et si on nous coupait les vannes, que ferions-nous ? Un retour au charbon pour contrer l’absence de vent dans un parc éolien, comme en Allemagne ou au Royaume-Uni ? À grande échelle, ce choc énergétique montre bien que l’effort de transition énergétique est encore trop lent ; il nous permettrait pourtant de nous affranchir de ces montagnes russes économiques qui risquent de s’accentuer à cause du réchauffement climatique et de la diminution des ressources en énergies fossiles.

Mais quelles solutions s’offrent donc à nous pour contrer cette dépendance aux États fournisseurs d’énergie ?

Le gouvernement français tente de préserver notre porte-monnaie en prenant des mesures d’urgence. Le ministre de l’Économie Bruno Lemaire a par exemple annoncé le plafonnement de la hausse du tarif réglementé de vente de l’électricité (TVR) à 4% pour 2022, au lieu d’une hausse attendue à 35%, ainsi qu’un gel du prix du gaz. Une bonne nouvelle pour les Français déjà en difficulté économique depuis la crise sanitaire.

Autre mesure gouvernementale : le versement d’une aide exceptionnelle de 100€ aux 5.8 millions de ménages bénéficiaires du « chèque énergie », aide annuelle versée aux plus précaires. Même si cette mesure semble bénéfique, elle reste fortement critiquée car le montant du chèque est encore bien loin du prix des factures estimées, et de ce dont les Français aux revenus les plus modestes auraient vraiment besoin. 

Que faire à notre échelle?

Pour Neil Makaroff, responsable Europe du Réseau Action Climat (RAC) et représentant français du Climate Action Network (CAN), la solution est simple : baisser notre consommation d’énergie. Mais comment ? Selon lui, couper notre dépendance aux énergies fossiles et investir dans le développement des énergies renouvelables sont les clefs pour sortir de ce cercle infernal. Des outils sont accessibles pour être le plus autosuffisant possible ; des aides de l’Etat comme la prime Renov’ ou encore la prime à l’autoconsommation sont en place pour permettre aux ménages d’investir dans des solutions écologiques comme les panneaux solaires, panneaux photovoltaïques ou encore pompes à chaleur, et ainsi gagner en indépendance. Le champ d’action individuel est primordial pour une transition plus rapide et dynamique. Il s’agit donc d’agir chez soi, à son échelle, pour que chaque ménage puisse s’affranchir et investir dans sa propre indépendance énergétique. La transition écologique passe par nous, par notre engagement et notre investissement personnel, en attendant des solutions à l’échelle mondiale.