Les aides sur les travaux d’isolation à 1 euro symbolique prendraient fin en juin. L’éventuel arrêt de ces dispositifs suscite des interrogations, tant auprès des professionnels que des foyers. Même étant un projet de décret, les motivations de la fin de l’isolation à 1 euro semblent justifiées et crédibles. Ces décisions se rapportent en grande partie aux certificats d’économie d’énergie ou CEE. Faites le point sur le sujet et découvrez les autres possibilités d’aides.

Les motivations de l’arrêt de l’isolation à 1 euro

L’encouragement à la transition énergétique et la prise de conscience écologique ont motivé plusieurs soutiens dans les travaux d’isolation. Parmi les offres les plus prisées figure l’isolation à 1 euro symbolique. Ces « coups de pouce » ont permis aux foyers d’engager des professionnels pour l’isolation des combles et des murs.

Malheureusement, revers de la médaille, beaucoup ont été victimes d’arnaques, se retrouvant avec des travaux bâclés et des déperditions énergétiques. Ce constat aurait conduit à la fin de l’isolation à 1 euro.

De plus, le prix des matériels de chauffage a flambé depuis le dispositif à 1 euro en remplacement de chaudières. Les réclamations liées à ces incidents sont une des explications de la fin de l’isolation à 1 euro. Les autorités sont également fermes et rigoureuses dans le renforcement des sanctions des écodélinquants. Ces derniers convainquent leur cible en mettant en avant les aides gouvernementales, sans pour autant remplir les obligations.

La rénovation énergétique constitue également une des grosses dépenses sur les travaux dans les ménages. Les offres à 1 euro symbolique apparaissent ainsi comme d’excellentes alternatives pour effectuer des rénovations à moindre coût.

La fin de l’isolation à 1 euro inquiète donc les foyers. Les victimes ont sollicité des professionnels non qualifiés, des écodélinquants en particulier. Pourtant, il est recommandé de contacter des entreprises disposant de la qualification RGE. Bien qu’elle ne représente pas en totalité une garantie d’efficacité, elle reste indispensable.

Effectivement, les professionnels RGE sont répertoriés et sont généralement des cas obligatoires pour bénéficier des subventions et des aides financières.

Les alternatives à l’isolation à 1 euro

Même à la fin de l’isolation à 1 euro, l’État continuera de soutenir les travaux de rénovation énergétique. Ainsi, les ménages peuvent encore bénéficier d’autres dispositifs leur permettant de financer les travaux de réhabilitation. Ces aides peuvent financer jusqu’à 90 % des dépenses.

La remise en cause des offres concerne la fin de l’isolation à 1 euro des combles ou des planchers bas. L’arrêt s’appliquerait aussi au Coup de pouce remplacement chaudière THPE et au Coup de pouce remplacement radiateur. En janvier 2022, de nouvelles conditions s’appliqueront sur la 5e période des CEE.

Les foyers modestes peuvent se rassurer. En effet, d’autres dispositifs vont financer les travaux après la fin de l’isolation à 1 euro. Parmi ces aides figure entre autres la prime Effy, avec MaPrimeRénov’.

Fonctionnant par code couleur, ces primes couvrent entre 40 % et 90 % des dépenses selon les revenus du ménage. La prime « Rose » s’adresse aux familles aisées avec un financement de 40 % des travaux. La prime « Violet » concerne les foyers à ressources intermédiaires avec une couverture de 60 %. Le code « Jaune » couvre 75 % des travaux des foyers modestes. Le financement à 90 %, « Bleu », est prévu pour les familles aux revenus très modestes.

D’autre part, les particuliers peuvent aussi bénéficier d’aides pour la rénovation énergétique après la fin de l’isolation à 1 euro. Ils peuvent par exemple recourir à l’Éco-prêt à taux zéro ou aux aides fiscales comme la TVA à 5,5 %. Il existe également d’autres formes de subvention comme les aides de l’Anah ou le chèque énergie.

Bilan énergétique